Lucidno       

«Francofonia»: le mystère en éclats du Louvre sous l'Occupation

francofoniafrancofonia

Francofonia d'Alexandre Sokhourov, avec Louis-Do de Lencquesaing, Benjamin Utzerath. Durée: 1h28. Sortie: 11 novembre.

Aujourd'hui, en haute mer et dans les tempêtes, c'est là que ça commence. Quoi, un film sur le Louvre sous l'Occupation? Oui. Ainsi crée Alexandre Sokourov (Mère et fils, L'Arche russe, Faust), historien démiurge et poète de l'archive. Ainsi naît sous les yeux du spectateur d'abord désorienté, puis, s'il accepte de s'y laisser entrainer, à la fois fasciné et stimulé, l'assemblage d'images d'époque, de reconstitution précise, de métaphores visuelles, de saynètes imaginaires. C'est qu'en réinventant, à partir d'une scrupuleuse recherche de documentation, l'extraordinaire aventure qui se joua autour du Louvre dans Paris occupé, le cinéaste explore en même temps une question bien plus ample et bien plus mystérieuse.

L'aventure, ce fut celle du sauvetage des chefs-d'œuvre du Louvre devant l'avancée des armées nazies, et de leur préservation face à l'appétit des dignitaires du régime hitlérien, Göring au premier chef. L'aventure, ce fut l'étrange et complexe relation entre le directeur du Louvre, Jacques Jaujard, et le comte Franz Wolff-Metternich, patron de la commission «pour la protection des œuvres d'art en France». C'est-à-dire entre un pur produit de la Troisième République voué à l'intérêt collectif et un aristocrate prussien qui, ensemble, déjouèrent les visées prédatrices de la haute hiérarchie du Reich.

La question sous-jacente, difficile à énoncer, pourrait se formuler ainsi: comment et pourquoi, s’il existe quelque chose de noble et de durable qui mérité le nom de nation, celle-ci s’incarne-t-elle dans un ensemble d’œuvres, et un lieu conçu pour les accueillir? Exemplairement, le Louvre et ses trésors. On aura reconnu une variation de la recherche menée par Sokourov au musée de l’Ermitage avec L’Arche russe il y a douze ans.

Mais, pour de multiples raisons qui tiennent notamment au rapport éperdument passionnel du réalisateur à sa propre patrie, ce qui était alors totalement centré sur la question russe devient, au-delà de la France et du Louvre, une question beaucoup plus générale, et bien plus passionnante. Une question qui interroge, sans réponse préconçue, ce qui fait sens pour une collectivité, y compris dont la majorité des membres ignore tout ou partie de ce patrimoine, une question qui relie la notion de «communauté imaginée» proposée par l’historien et politologue Benedict Anderson à celle des enjeux de la culture, thème pas du tout superflu par les temps qui courent. Une question posée à la fois dans le contexte contemporain et au plus fort de la pire crise qu’ait connu l’Europe depuis un siècle, la domination nazie sur la quasi-totalité du continent. (…)

Jean Michel Frodon

http://blog.slate.fr/projection-publique/2015/11/10/francofonia-dalexandre-sokhourov/


Previous-Page-Icon    09   Next-Page-Icon